Duo Macron-Le Pen : Le passe-plats et l’alliée du système

Quelques organisations policières radicales ont appelé leurs adhérents à se réunir, le 19 mai, devant l’Assemblée nationale. Sous couvert d’un « hommage » rendu aux policiers, il s’agissait d’une tentative d’intimidation pour faire « sauter les digues de la loi et de la Constitution », selon les mots du secrétaire du syndicat SGP Police. Pour ces organisations factieuses « le problème de la police c’est la Justice ». Pas le manque de moyens ou les conditions de travail. Présents, les amis de Marine Le Pen ont d’ailleurs reçu un accueil chaleureux. Glaçant. Plus encore quand le ministre de l’Intérieur vient sur place afficher son soutien à […]

Lire la suite

Dernière année !

Il faut espérer que la dernière année de la présidence Macron vienne de commencer. 40 ans après le 10 mai 1981, pareille victoire sociale et populaire se fait attendre. Mais que c’est long un quinquennat ! Le précédent Hollande, avec la loi El Khomri, nous a appris qu’il fallait rester sur ses gardes jusqu’au bout. Ayons-le en tête, d’autant que le pouvoir macroniste est bien décidé à pousser ses pions jusqu’au bout dans le mélange libéral-autoritaire qui le caractérise. Imaginons un instant un futur bien différent : la réforme de l’assurance-chômage serait abrogée ; les propositions de la convention citoyenne sur le climat […]

Lire la suite

D’un premier mai à l’autre

On peut le dire, malgré le temps maussade nous étions nombreux à être heureux de nous retrouver dans la rue pour ce 1er mai 2021. Nous en avions été privés l’an dernier, pour cause d’état d’urgence, des syndicalistes ayant même écopé de l’amende de 135 € – invalidant les propos rassurants de ceux qui pensent que l’état d’urgence sanitaire est nécessaire et n’atteint pas les libertés fondamentales. Cette année il a été éminemment combattif. La question sociale revient au cœur de l’actualité, parce que la crise épidémique s’accompagne d’une crise sociale, pendant laquelle les plus riches continuent eux à s’enrichir. À […]

Lire la suite

Un air de déjà vu

Le service public de radiodiffusion française a organisé jeudi 11 février une causerie au coin du feu entre Marine Le Pen et Gérald Darmanin. Pour rire, les réseaux sociaux ont rebaptisé l’émission Faf à Faf. On sait, depuis que Jean-Luc Mélenchon a gagné en justice contre Marine Le Pen, que la qualifier de fasciste n’est pas une injure mais bien une qualification politique. On ne qualifiera pas le ministre de l’intérieur de fasciste, pourtant il joue un rôle dangereux. Dans la course à l’échalote sécuritaire et discriminatoire, il risque d’oublier que souvent l’original l’emporte sur la copie. Les mesures prises […]

Lire la suite