Le temps des pénuries

La civilisation occidentale vivait jusqu’à présent sous l’illusion de l’abondance en raison de l’excès généré par la société de consommation. À l’instar d’autres peuples, hélas depuis longtemps dans le manque, nous découvrons le temps des pénuries. Nous avons vécu – malgré les dénis du gouvernement – la pénurie de masques. Nous avons découvert combien nos chaines d’approvisionnements, tous secteurs confondus, étaient devenues fragiles, du fait de la course aux économies de main-d’œuvre et aux délocalisations. Ce que les professionnels de santé et les associations dénoncent depuis des années éclate au grand jour : pour des raisons de rentabilité de plus en […]

Lire la suite

D’un confinement à l’autre

Le second confinement a été justifié, selon le Président Emmanuel Macron, par la deuxième vague qu’il n’a eu de cesse d’annoncer depuis avril, mais qu’il n’aurait pas vue venir, et, ce qui est plus grave, qu’il n’a pas préparée. La conception matérialiste de l’histoire initiée par Marx nous invite à considérer les événements comme l’écume du vaste océan dont on a du mal à déceler les mouvements profonds. Toute conjecture sur les faits qui s’accumulent relève certes d’une interprétation, mais tant que celle-ci reste dans le domaine du plausible, elle nous invite à penser en sortant du confinement des esprits […]

Lire la suite

La drôle de guerre

Pour Clausewitz (De la guerre, 1832) la guerre est la continuation de la politique par d’autres moyens. Emmanuel Macron, médite sans doute cette maxime depuis le 16 mars 2020. À six reprises, il avait invoqué la guerre, parlant de « mobilisation générale » contre un « ennemi (…) invisible, insaisissable ». Dès lors il est normal que les décisions qu’il prenne se fasse dans un « conseil de défense », et qu’il use de tout l’arsenal constitutionnel, décrétant l’état d’urgence. Pour celles et ceux qui n’auraient pas encore compris, en décrétant le couvre-feu, mesure d’assignation à résidence exceptionnelle, il confirme sa volonté de faire la guerre. […]

Lire la suite

La lampe à huile

Aladin avait son génie, Emmanuel Macron se contente de la lampe à huile. Pour celles et ceux qui en douteraient encore, le Président de la République vient de siffler la fin de la récréation. En assimilant aux Amishs et aux partisans de la lampe à huile les 70 élus de gauche qui demandent un moratoire jusqu’à l’été 2021 pour la 5G, il signifie tout simplement que la relance post covid ne sera pas écologiste. Il se contente de ringardiser les députés et maires, de Grenoble à Brinon-sur-Beuvron, qui s’inquiètent notamment da la dépense énergétique et des choix de civilisation portés […]

Lire la suite

Rentrée en temps de crises

Le trait caractéristique des époques de crises tient à leur imprévisibilité. S’il y a crise, c’est bien que les cadres habituels de pensée, de représentation et de prospective ne sont plus à même de décrire les phénomènes en cours. Nul prophète donc en temps de crises ! La crise manifeste l’exception, le temps des retournements. Tout en est bouleversé, jusqu’à la temporalité où les références se croisent et les rythmes s’accélèrent. Bien sûr nous avons tous à l’esprit la crise épidémique, encore en cours. Ce n’est pas la plus grave du reste – nonobstant sa réelle morbidité. Elle est accentuée par […]

Lire la suite

Le temps des loisirs

Après la crise sanitaire, voici venu le temps des vacances. Oui, mais pas pour tout le monde. Contrairement à l’image que véhiculent les files de bouchons et autres « samedi noir » de Bison Futé, les inégalités devant les vacances restent très fortes aujourd’hui. Depuis trente ans la part de français à partir en congés stagne : près de 40% ne partent pas l’été, et 21% ne partent jamais en vacances. Cet écart est encore plus flagrant quand vient l’hiver : les unes de nos journaux télévisés qui commentent l’enneigement ou font état des nouveaux sports de glisse ne s’adressent en fait qu’à 7% […]

Lire la suite

Du temps des crises

Si la crise sanitaire que nous venons de connaître a un temps masqué les autres, ces dernières se rappellent à nous. La crise écologique n’a eu qu’un répit dû à la baisse brutale des émissions des gaz à effet de serre par la réduction du trafic routier et aérien. Les températures tropicales ressenties en Sibérie nous le rappellent. La crise sociale s’accentue, avec la hausse du chômage partout dans le monde. À celles-ci s’ajoute la crise démocratique. Les suites des élections municipales sont désormais connues. La grève civique, c’est-à-dire l’abstention massive lors d’une élection d’habitude mobilisatrice, atteste d’une crise de […]

Lire la suite

Esprit de justice

La garantie des libertés fondamentales est un signe majeur de la définition d’un régime démocratique. Le combat se mène aujourd’hui tant au niveau de la justice réelle avec toutes les manifestations contre le racisme et les violences policières, que sur le plan des droits démocratiques généraux. La sortie de L’État d’urgence sanitaire, comme on le craignait n’est pas pour demain. Si le Conseil d’État a pu lever l’interdiction de rassemblements de plus de dix personnes pesant lourdement sur le droit de manifester, le gouvernement a dès le 14 juin pris une nouvelle disposition liberticide. Conformément à l’article 10 de la […]

Lire la suite

Couleur brune

Les grandes crises politiques, économiques et sociales servent de terreaux aux expériences fascistes et autoritaires. Les années 30 l’ont hélas démontré. Si l’histoire ne se répète jamais à l’identique comme nous en avertissait Marx, il nous faut quand même prendre la mesure des signes inquiétants qui s’accumulent. Ils ne datent pas d’hier et de la crise de la COVID-19 : la montée des régimes autoritaires au Brésil, en Europe de l’est et le gouvernement de Trump l’attestent depuis quelques années. Par delà leurs différences notables, ils ont en commun de croître dans le climat d’incertitude, de peur et d’inconnu face à […]

Lire la suite

Retour à l’a-normal ?

Félicitons-nous d’une part de vie sociale redevenue plus normale : nous ne sommes pas faits pour vivre dans l’isolement et l’enfermement. Pour le reste, les promesses d’un monde d’après s’épuisent plus vite que le temps de parution des tribunes indignées sans objectif politique cohérent. La morale de classe se déverse. Bien sûr qu’on peut se surprendre aux files d’attente à l’approche des Mac-Donald, mais on s’est moins offusqué de celle devant Vuitton. Pourquoi se moquer de celles et ceux qui se rendent aux seuls restaurants aux prix relativement modestes ouverts, mais pas de la possibilité de dépenser d’un coup plusieurs smics […]

Lire la suite