Ils ont perdu le nord !

Imagine-t-on un monde qui ait perdu le nord, comme cela arrive parfois dans le temps géologique ? Dans le monde politique, nous ne pouvons que constater que le nord n’est peut-être plus aussi sûr. Le brouillard idéologique s’étend et rend le chemin moins sûr. Le travail d’hégémonie politique mené par l’extrême droite s’est étendu à tout le champ politique. Les forces de gauche rivalisent pour s’aligner sur les agendas de campagne des forces conservatrices. Ils sont nombreux au Parti Socialiste à confondre désormais laïcité et appel à la défense d’une France prétendument éternelle contre le nouvel ennemi de l’intérieur, le séparatisme. […]

Lire la suite

Une déchéance morale

Il ne fait pas bon être philosophe médiatique en ce moment. Michel Onfray a choisi d’ouvrir les colonnes de son journal Front populaire à l’extrême droite. Il participe ainsi d’une nouvelle O.P.A. confusionniste, en rapatriant l’histoire de la lutte contre le fascisme – le front populaire – dans l’orbite d’extrême droite. Un pas supplémentaire a été franchi par Raphaël Enthoven. L’ancien présentateur de l’émission de philosophie de France Culture, devenu habitué des plateaux des chaînes d’information, a troqué la dissertation dialectique pour les « thread » sur Twitter. Le 7 juin il a rompu les digues en tweetant sur l’hypothèse d’un second tour Le […]

Lire la suite

L’esprit de la République

La manifestation des policiers le 19 mai ne finit pas d’inquiéter. Loin de l’hommage citoyen, elle a effectivement constitué un coup de force contre la République. Celles et ceux qui y sont allés, aux côtés de l’extrême droite, du ministre Gérald Darmanin aux dirigeants du Parti Socialiste ou de EELV sont comptables d’un coup de force. Cette manifestation ne devait rien au hasard : le lieu, devant l’Assemblée Nationale, visait à faire pression sur les institutions en demandant au pouvoir législatif de prendre le parti du pouvoir exécutif contre la justice. Dès lors on ne s’étonnera pas des propos tenus : un […]

Lire la suite

D’un premier mai à l’autre

On peut le dire, malgré le temps maussade nous étions nombreux à être heureux de nous retrouver dans la rue pour ce 1er mai 2021. Nous en avions été privés l’an dernier, pour cause d’état d’urgence, des syndicalistes ayant même écopé de l’amende de 135 € – invalidant les propos rassurants de ceux qui pensent que l’état d’urgence sanitaire est nécessaire et n’atteint pas les libertés fondamentales. Cette année il a été éminemment combattif. La question sociale revient au cœur de l’actualité, parce que la crise épidémique s’accompagne d’une crise sociale, pendant laquelle les plus riches continuent eux à s’enrichir. À […]

Lire la suite

Changement de cap

Une étude scientifique récente montre que l’espèce Homo Sapiens a rapidement infléchi sa consommation il y a environ 40000 ans, passant de super-prédateur carnassier qu’elle a été pendant près de 2 millions d’années à une consommation de plus en plus diversifiée en végétaux. Ce changement correspond probablement à une adaptation au bouleversement de la ressource alimentaire, notamment la disparition de la mégafaune au pléistocène supérieur. Les raisons de cette disparition seraient à chercher à la fois dans le changement climatique et l’action humaine déjà prédatrice et destructrice de diversité, par son action sur la faune et la flore avec la […]

Lire la suite

Candidat unique et programmes divers ?

La campagne présidentielle semble bien lancée désormais. Les candidat.e.s à la candidatures se dévoilent, lancent leurs « clubs de soutien à la recherche de soutiens ». On a vu récemment la Maire de Paris se réclamer successivement d’un soutien vallsiste et poser à l’ombre de Louise Michel. Tous et toutes n’ont qu’un slogan : candidat unique de la gauche ! Les verts, le PCF, les socialistes se mettent en ordre de marche, avec un souhait : que chacun soit le candidat unique, à condition que ce ne soit pas les autres. Ils ne se mettent cependant d’accord que sur un point : tout sauf Mélenchon. Lors […]

Lire la suite

Retour du maître des horloges.

Lors de son accession au pouvoir, Emmanuel Macron a plusieurs fois tissé la métaphore du maître des horloges, déclarant, « on va faire les choses dans l’ordre car j’entends bien être le maître des horloges. » Auto-intronisé président « jupitérien », dieu des dieux, il a un temps été écouté par les Parques. Puis vint le temps où la déesse Fortuna lui a imposé une pandémie. C’est dans les moments de grande tourmente, nous dit Machiavel que l’on voit si le Prince a cultivé, quand il en était temps, la virtù. Celle-ci consiste notamment à préparer la tempête pour ne pas être débordé quand […]

Lire la suite

Un air de déjà vu

Le service public de radiodiffusion française a organisé jeudi 11 février une causerie au coin du feu entre Marine Le Pen et Gérald Darmanin. Pour rire, les réseaux sociaux ont rebaptisé l’émission Faf à Faf. On sait, depuis que Jean-Luc Mélenchon a gagné en justice contre Marine Le Pen, que la qualifier de fasciste n’est pas une injure mais bien une qualification politique. On ne qualifiera pas le ministre de l’intérieur de fasciste, pourtant il joue un rôle dangereux. Dans la course à l’échalote sécuritaire et discriminatoire, il risque d’oublier que souvent l’original l’emporte sur la copie. Les mesures prises […]

Lire la suite

Faire la loi selon Macron

L’actualité législative a présenté récemment deux lois qui illustrent assez bien l’hypocrisie d’Emmanuel Macron et de ses marcheurs : la loi contre la maltraitance animale et le projet de loi « confortant les principes républicains ». Côté lumière, les effets d’annonce. Côté sombre, des concessions aux pires lobbys. Une nouvelle mise en place de la méthode du « en même temps ». On connaît déjà bien l’histoire de la loi « contre les séparatismes » censée conforter la République. Emmanuel Macron a sans doute bien compris qu’à agiter le risque de séparatisme en général, il aurait dû affronter des lobbys de taille : séparatistes, les exilés fiscaux, séparatistes, […]

Lire la suite

Asservis ou consentants ?

Chacun comprend désormais que nous souffrons à la fois d’un nouveau virus et d’une longue maladie, les politiques libérales qui ont sapé les services publics. Il y a désormais un an que le gouvernement sait que nous faisons face à une pandémie. Le 14 janvier 2020 l’OMS, averti par la Chine le 31 décembre, indique qu’il y a une transmission interhumaine du coronavirus. Puis vient l’Italie. Le gouvernement a choisi d’ignorer un temps. Puis ils ont menti. Sur les masques, en disant qu’ils ne servaient à rien – parce qu’ils ne les avaient plus. Sur les tests, affirmant qu’ils allaient […]

Lire la suite