La tiers-mondisation de la France

Tour à tour les signes d’un décrochage de la France s’accumulent. Fortement ébranlés par la gestion du Covid par le gouvernement, de plus en plus de jeunes étudiants ont recours à des distributions de nourriture pour faire face aux besoins élémentaires. Et l’on apprend que l’université de Strasbourg n’a pas les moyens de se chauffer et devra fermer 15 jours en hiver. Comme dans les séries américaines des années 80, les couloirs d’hôpitaux sont désormais encombrés de brancards où les patients attendent des heures qu’on puisse s’occuper d’eux. Selon le Secours Populaire, plus d’un français sur quatre ne mange pas […]

Lire la suite

Le sang et les larmes

En annonçant que « nous vivons la fin de l’abondance, la fin de l’insouciance », le Président Emmanuel Macron n’a pas fait un dérapage incontrôlé, il a un agenda. Son entêtement à vouloir mener à bien son plan de destruction du régime de retraites par répartition l’atteste, il ne change pas de cap, malgré le rejet par l’opinion publique, le refus des syndicats, voire le peu d’intérêt manifesté par une frange croissante du patronat. On le sait, l’anagramme de « la fin de l’abondance » c’est « le bon de la finance ». Un jeu de mot ne fait jamais en soi une vérité, mais les […]

Lire la suite

La marche du fascisme

L’imposture Emmanuel Macron a éclaté avec les tractations suivant les élections législatives. Le jeune président de 2017, se présentant comme le seul rempart contre le rassemblement national a fini la séquence des élections de 2022 en s’en faisant le tremplin. Au second tour le groupe Rassemblement national remporte un nombre considérable, sidérant, d’élus. Les ambiguïtés des candidats La République en Marche sont sans appel : ils ont fait élire des fascistes contre les candidats NUPES, singulièrement celles et ceux issus de la France Insoumise. Sans la cohérence de l’accord programmatique de la NUPES qui a prévu une structure pérenne, il serait […]

Lire la suite

Ça tremble à Neuilly !

Dimanche soir, Julie Barbaux et ses camarades de la Nupes ont pu entonner l’internationale dans les salons de l’hôtel de ville de Neuilly, dont l’ancien Maire était Nicolas Sarkozy. Julie Barbaux a en effet réussi l’impensable : se qualifier au second tour dans la 6ème circonscription des Hauts de Seine avec 15,47% des voix derrière la députée sortante LREM (ex-LR), Constance Le Grip (36,01%) ! Elle bat le candidat LR, P. Pessis (13,30), celui de Reconquête (9,03%), mais aussi Marie-Caroline Le Pen, fille aînée des Le Pen (7,36%) et la dissidente LREM (7,18%). Julie Barbaux compte profiter du second tour pour parler […]

Lire la suite

Un mauvais tour

Dans la 15° circonscription de Paris, le maintien de la candidate PS Lamia El Aaraje, empêche Danielle Simonnet d’être élue députée dès le premier tour avec l’excellent score de 47,31%. La dissidente PS a hélas reçu le soutien de personnalités socialistes, comme Lionel Jospin, et utilisé des procédés déloyaux. Le très large avantage de Danielle Simonnet devant la dissidente socialiste par 19772 voix contre 7469 est le fruit de ses années de combat dans le XX° arrondissement et à la mairie de Paris. […]

Lire la suite

Déconfiture pour hollande

Les manœuvres de Carole Delga n’ont pas réussi. Sur les propres terres de François Hollande, dans des circonscriptions historiquement marquées à gauche, elle avait promu, avec Bernard Cazeneuve quatre candidats : tous battus dès le premier tour. En Corrèze, dans la circonscription de François Hollande, Sandrine Deveaud, candidate de la Nupes arrive largement en tête, tandis que la socialiste Annick Taysse fait moins de 10%. Le bilan de François Hollande est ici lourdement sanctionné. […]

Lire la suite

Changement d’air !

La ficelle était un peu grosse : la macronie pensait réitérer le hold-up électoral de 2017. Il aurait fallu pour cela tout miser sur le vote utile au second tour, puis laisser la logique de la Vème République permettre que se dégage une vague de marcheurs, quels qu’ils soient, prêts de nouveau à voter en playmobiles. La nomination tardive du gouvernement, à quelques heures de l’ouverture de la campagne officielle, devait figer les débats et empêcher que s’expriment des alternatives politiques. Las ! le très bon score de l’union populaire au premier tour a permis une convergence programmatique pour les élections législatives […]

Lire la suite

Le scénario du troisième tour

Dans Le 18 brumaire, Marx commence par observer que « Hegel fait quelque part cette remarque que tous les grands événements et personnages se répètent pour ainsi dire deux fois. Il a oublié d’ajouter : la première fois comme tragédie, la deuxième fois comme farce. » C’est le chemin que prend le début de la présidence d’Emmanuel Macron. Sa pseudo campagne électorale, sa communication bien rôdée a voulu nous vendre une saison deux, et en même temps un renouveau. Inquiet du risque d’un rejet dès les législatives, son service de communication fait comme si une troisième partie était déjà gagnée quand Jean-Luc Mélenchon […]

Lire la suite

Un second tour peut en cacher un autre

Le résultat du second tour est désormais connu. Emmanuel Macron, le président des riches, a battu Marine Le Pen, la candidate fasciste. Tous deux ont regroupé leurs forces conformément à l’équilibre du premier tour où les libéraux avaient reçu 11,4 millions de voix et l’extrême droite 11,3. Le sursaut républicain a eu lieu, il a été faible et ne constitue aucunement un blanc-seing à la politique de La République en Marche. Rien n’est définitif : Emmanuel Macron reste très mal avec environ 38% des suffrages des électeurs inscrits, contre 43,6% il y a 5 ans, et sa politique n’a reçu aucune […]

Lire la suite

Décomposition accentuée

La leçon majeure de ce scrutin n’est évidemment pas la présence au second tour des deux gardiens du système du duo Macron – Le Pen. Annoncée par les médias dominants, elle ne constitue que la face émergée de l’iceberg : la faillite du système de la cinquième République et la décomposition avancée des forces qui l’ont porté. Longtemps l’élection présidentielle a résisté à l’abstention, elle est après 2002 la deuxième la plus haute depuis 1965 à 26,3%. Elle marque la perte de confiance de l’électorat dans la classe politique et le rejet institutions désuètes qui tournent le dos aux classes populaires. […]

Lire la suite