L’imaginaire sécuritaire de la pandémie

La Chine annonçait le 21 janvier 2020 qu’un nouveau virus se transmettait entre êtres humains. Depuis la pandémie mondiale a fait plus de cinq millions cinq cent mille morts, dont plus de cent mille en France. La découverte de vaccins à ARN messager constitue un élément important de l’arsenal de lutte et en réduit désormais le danger, même si la panoplie des ripostes doit être multiple, tant en ce qui concerne les règles sanitaires que la coopération internationale, notamment la nécessité impérieuse de donner accès à tous aux vaccins et de développer des traitements curatifs. L’appel à lever les licences […]

Lire la suite

50 nuances de fascisme

Les violences qui ont émaillé le meeting de lancement de la candidature d’Eric Zemmour ont peut-être servies de révélateur pour certains : le polémiste s’inscrit bien dans la longue tradition du fascisme. Nul hasard à ce qu’une partie des plus violents représentants de l’extrême droite le rejoigne, comme un temps ils avaient suivi le parti de Jean-Marie et Marine Le Pen, ou fréquenté l’école de cadres de Marion Maréchal. Ce courant se structure et, conformément aux précédents historiques s’appuie sur des groupes factieux : les milices que sont les Zouaves ou Génération identitaires, ou bien encore les militaires qui avaient signé une […]

Lire la suite

Le candidat libéral est bien là

Emmanuel Macron partage avec Éric Zemmour le statut de candidat virtuel. Officiellement il ne l’est pas (encore), officieusement il l’est déjà. Sa campagne est lancée. Comme tout sortant il doit assumer son bilan et amorcer son projet. Au cœur de la pandémie, il a voulu faire oublier son orientation libérale en se faisant le chantre des services publics, en saluant les premiers de cordée. Certains, peut-être atteints alors par la fièvre de la Covid, ont pu y croire. Chassez le naturel, il revient au galop. Désormais celui qui, au début de son mandat, croisait des gens qui ne sont rien, […]

Lire la suite

La politique des apparences

Thomas Hobbes, auteur de Léviathan en 1651, a pensé la forme moderne de l’État comme une « personne civile » par référence aux masques des acteurs qui se nommaient persona en latin. On peut alors lire bien des gestes politiques comme autant de simulacres où les représentants s’attribuent la parole d’un peuple toujours absent car tenu comme simple spectateur, quitte parfois à se jouer de lui. Ainsi en est-il de la comédie orchestrée par Emmanuel Macron donnant le dernier acte de la crise des sous-marins australiens : en recevant le président américain à l’ambassade de France au Vatican, il veut mettre […]

Lire la suite

L’universalisme, notre boussole

Les faits sont terribles : au moins 216 000 mineurs ont été victimes d’agressions sexuelles de la part de 2 900 à 3 200 prêtres de 1950 à 2020 selon le rapport Sauvé. L’Église porte une responsabilité systémique pour avoir caché, minoré les faits pendant des décennies. N’importe quelle autre structure – entreprise, association, peu importe – devant de telles révélations se serait vue mise au pilori. Mais, comme le disait déjà le Fabuliste, « selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. » Et en ces temps pré-électoraux le lobby clérical a de beaux […]

Lire la suite

Le temps de la confrontation

La confrontation entre Jean-Luc Mélenchon et Eric Zemmour a mis en évidence l’une des lignes de fractures de la campagne présidentielle à venir. Celle-ci, au moment de la prise de conscience de la bifurcation écologique alors que sévit une crise sociale d’ampleur, prend une signification inédite. Chacun comprend bien que cette fois-ci il ne s’agit pas de penser l’alternance entre le social-libéralisme de la vieille gauche et le libéralisme assumé de la droite. Emmanuel Macron pendant son mandat a prétendu jouer « en-même temps » des deux, pour finir franchement à droite, ce que revendiquent désormais ouvertement ses propres ministres. […]

Lire la suite

Sur l’autel de la présidentielle

Dans son ascension au pouvoir, Henri IV cherchant la paix civile avait déclaré « Paris vaut bien une messe ! ». Pour lancer sa campagne présidentielle, Emmanuel Macron piétine Marseille et les Marseillais. L’orchestration de sa venue en dit beaucoup : il renoue avec le Président Jupitérien usant et abusant des moyens de la monarchie que constitue la V° République. Chacun sait combien, depuis Louis XIV au moins, Marseille représente le symbole d’un peuple rétif aux ordres d’en haut : Emmanuel Macron sait très bien ce qu’il fait en venant, à 8 mois des élections, asséner leçons de morale et plans pour modifier la ville. […]

Lire la suite

Ils ont perdu le nord !

Imagine-t-on un monde qui ait perdu le nord, comme cela arrive parfois dans le temps géologique ? Dans le monde politique, nous ne pouvons que constater que le nord n’est peut-être plus aussi sûr. Le brouillard idéologique s’étend et rend le chemin moins sûr. Le travail d’hégémonie politique mené par l’extrême droite s’est étendu à tout le champ politique. Les forces de gauche rivalisent pour s’aligner sur les agendas de campagne des forces conservatrices. Ils sont nombreux au Parti Socialiste à confondre désormais laïcité et appel à la défense d’une France prétendument éternelle contre le nouvel ennemi de l’intérieur, le séparatisme. […]

Lire la suite

Une déchéance morale

Il ne fait pas bon être philosophe médiatique en ce moment. Michel Onfray a choisi d’ouvrir les colonnes de son journal Front populaire à l’extrême droite. Il participe ainsi d’une nouvelle O.P.A. confusionniste, en rapatriant l’histoire de la lutte contre le fascisme – le front populaire – dans l’orbite d’extrême droite. Un pas supplémentaire a été franchi par Raphaël Enthoven. L’ancien présentateur de l’émission de philosophie de France Culture, devenu habitué des plateaux des chaînes d’information, a troqué la dissertation dialectique pour les « thread » sur Twitter. Le 7 juin il a rompu les digues en tweetant sur l’hypothèse d’un second tour Le […]

Lire la suite

L’esprit de la République

La manifestation des policiers le 19 mai ne finit pas d’inquiéter. Loin de l’hommage citoyen, elle a effectivement constitué un coup de force contre la République. Celles et ceux qui y sont allés, aux côtés de l’extrême droite, du ministre Gérald Darmanin aux dirigeants du Parti Socialiste ou de EELV sont comptables d’un coup de force. Cette manifestation ne devait rien au hasard : le lieu, devant l’Assemblée Nationale, visait à faire pression sur les institutions en demandant au pouvoir législatif de prendre le parti du pouvoir exécutif contre la justice. Dès lors on ne s’étonnera pas des propos tenus : un […]

Lire la suite