A Paris le 16 octobre !

Vie chère, urgence climatique, retraites : mobilisons-nous ! Les prix explosent et les fins de mois sont de plus en plus difficiles. Mais le pouvoir macroniste refuse d’augmenter les salaires, de geler les loyers ou de bloquer les prix face à la vie chère. Pire encore, il prévoit de nouvelles attaques contre le régime des retraites et l’assurance-chômage et organise la destruction des services publics, notamment ceux de l’éducation et de la santé. La planète brûle et l’eau manque. Mais le gouvernement, déjà condamné pour inaction environnementale, poursuit une politique antiécologique qui met en danger l’avenir même de notre écosystème. Il […]

Lire la suite

A l’heure des points de bascule

Au niveau de réchauffement actuel de la planète – un peu plus de 1° – cinq des seize points de bascule climatiques que les scientifiques ont identifiés pourraient être franchis. C’est l’enseignement majeur d’une étude publiée dans la revue Science le 9 septembre dernier. Ces points de bascule franchis, le système climatique entre dans un fonctionnement nouveau, irréversible, et à maints des égards imprévisible, même si les températures venaient à diminuer ensuite. La trajectoire d’émission de CO2 actuelle mène à une augmentation de 2,6° d’ici 2100. Progressivement les phénomènes climatiques et leurs conséquences seront tout à fait nouveaux, dans leur […]

Lire la suite

Le sang et les larmes

En annonçant que « nous vivons la fin de l’abondance, la fin de l’insouciance », le Président Emmanuel Macron n’a pas fait un dérapage incontrôlé, il a un agenda. Son entêtement à vouloir mener à bien son plan de destruction du régime de retraites par répartition l’atteste, il ne change pas de cap, malgré le rejet par l’opinion publique, le refus des syndicats, voire le peu d’intérêt manifesté par une frange croissante du patronat. On le sait, l’anagramme de « la fin de l’abondance » c’est « le bon de la finance ». Un jeu de mot ne fait jamais en soi une vérité, mais les […]

Lire la suite

La bascule qui vient

Le roi est nu, sans majorité à l’Assemblée. Ainsi en a décidé le vote-sanction des Français en infligeant une claque électorale à Macron. Mais ce n’est là que l’écume parlementaire d’une lame de fond ancienne. La réélection de Macron pouvait faire croire à une stabilisation politique mais le trompe l’œil n’aura tenu que quelques semaines. Le fond de l’air reste dégagiste. L’édifice néolibéral continue de s’effriter au point de vaciller. Trois faits l’éclairent : Macron, président le plus mal élu depuis Pompidou ; les trois partis ayant dirigé tous les gouvernements de la 5e République (PS-LR-LREM) cumulant péniblement un tiers des suffrages […]

Lire la suite

La marche du fascisme

L’imposture Emmanuel Macron a éclaté avec les tractations suivant les élections législatives. Le jeune président de 2017, se présentant comme le seul rempart contre le rassemblement national a fini la séquence des élections de 2022 en s’en faisant le tremplin. Au second tour le groupe Rassemblement national remporte un nombre considérable, sidérant, d’élus. Les ambiguïtés des candidats La République en Marche sont sans appel : ils ont fait élire des fascistes contre les candidats NUPES, singulièrement celles et ceux issus de la France Insoumise. Sans la cohérence de l’accord programmatique de la NUPES qui a prévu une structure pérenne, il serait […]

Lire la suite

Ne pas se fier aux évidences

Le Rassemblement national, parti historique de l’extrême droite française est entré en nombre à l’Assemblée Nationale. Ce que l’on pensait impossible sans un mode de scrutin proportionnel a pourtant eu lieu. Plutôt que de chercher à le marginaliser et à combattre fermement ses idées nauséabondes, Macron et ses amis l’ont subitement trouvé respectable. On se pince. Alors que les castors donneurs de leçons étaient nombreux au 2nd tour de la présidentielle, à exiger un soutien à Macron pour éviter l’accession au pouvoir de Le Pen, ils lui font maintenant la courte-échelle. Jusqu’à répéter que le RN est la première opposition […]

Lire la suite

Changement d’air !

La ficelle était un peu grosse : la macronie pensait réitérer le hold-up électoral de 2017. Il aurait fallu pour cela tout miser sur le vote utile au second tour, puis laisser la logique de la Vème République permettre que se dégage une vague de marcheurs, quels qu’ils soient, prêts de nouveau à voter en playmobiles. La nomination tardive du gouvernement, à quelques heures de l’ouverture de la campagne officielle, devait figer les débats et empêcher que s’expriment des alternatives politiques. Las ! le très bon score de l’union populaire au premier tour a permis une convergence programmatique pour les élections législatives […]

Lire la suite

Mettre le macronisme à la retraite !

Le pouvoir d’achat surplombe, à raison, la campagne législative. Mais l’électeur ferait bien de ne pas se laisser endormir par les trémolos macronistes à propos des retraites. Car le réveil serait brutal. M. Macron veut repousser l’âge légal de départ à la retraite à 65 ans. Il envisagerait aussi un nouvel allongement de la durée de cotisation pour accéder à une retraite sans décote, au-delà des 43 annuités actuelles. La commission européenne pousse pour une nouvelle offensive : elle l’a encore écrit dans ses « recommandations » du 23 mai ! La question de la retraite est socialement centrale. Repousser […]

Lire la suite

Un gouvernement irresponsable

Les températures en Inde et au Pakistan ont atteint des records à peine entendables, dépassant les 50° dans certains endroits pendant plusieurs jours. En France, 22 départements sont menacés d’une sécheresse pour cet été, cette dernière étant possible sur l’ensemble du territoire de l’Hexagone. La question de l’eau est centrale, son cycle détermine non seulement l’accès à l’eau potable mais aussi la capacité à maintenir une agriculture soutenable. Ces jours-ci, il est également difficile de ne pas comprendre que le réchauffement de l’eau est incompatible avec le fonctionnement des centrales nucléaires, l’eau étant censé refroidir les réacteurs. Après le COVID […]

Lire la suite

Le scénario du troisième tour

Dans Le 18 brumaire, Marx commence par observer que « Hegel fait quelque part cette remarque que tous les grands événements et personnages se répètent pour ainsi dire deux fois. Il a oublié d’ajouter : la première fois comme tragédie, la deuxième fois comme farce. » C’est le chemin que prend le début de la présidence d’Emmanuel Macron. Sa pseudo campagne électorale, sa communication bien rôdée a voulu nous vendre une saison deux, et en même temps un renouveau. Inquiet du risque d’un rejet dès les législatives, son service de communication fait comme si une troisième partie était déjà gagnée quand Jean-Luc Mélenchon […]

Lire la suite