La dynamique est lancée

L’année scolaire 2020-2021 aura été éprouvante individuellement et collectivement. Dominée par la chape de plomb des mesures de privations de liberté du fait de l’épidémie de COVID. Sans discussion, sans débat, sans contradiction possible sous peine d’être accusé de nier la situation sanitaire. Pour beaucoup, l’année a aussi été celle des privations dans le quotidien du fait d’une précarité aggravée par la crise et par l’absence d’intervention du gouvernement : étudiant(e)s, travailleurs et travailleuses pauvres, chômeurs et chômeuses. Pour elles et eux, Macron a même enfoncé le clou avec sa réforme du chômage qui réduit les indemnités et les durées, en […]

Lire la suite

Ils ont perdu le nord !

Imagine-t-on un monde qui ait perdu le nord, comme cela arrive parfois dans le temps géologique ? Dans le monde politique, nous ne pouvons que constater que le nord n’est peut-être plus aussi sûr. Le brouillard idéologique s’étend et rend le chemin moins sûr. Le travail d’hégémonie politique mené par l’extrême droite s’est étendu à tout le champ politique. Les forces de gauche rivalisent pour s’aligner sur les agendas de campagne des forces conservatrices. Ils sont nombreux au Parti Socialiste à confondre désormais laïcité et appel à la défense d’une France prétendument éternelle contre le nouvel ennemi de l’intérieur, le séparatisme. […]

Lire la suite

Chamboule-tout régional

En apparence, c’est le statu quo. En métropole aucune région ne bascule. Pourtant les élections régionales auront été une grande partie de chamboule-tout souterrain. Les fondations politiques du pays sont encore un peu plus ébranlées. Le dégagisme se traduit par l’abstention abyssale. Deux Français sur trois ne sont pas allés voter. Aucun « sursaut » n’a eu lieu entre les deux tours. Et pour cause, les raisons de cette abstention sont solidement ancrées. Au premier rang figurent la défiance vis-à-vis des élus et des institutions représentatives ainsi que la monarchie présidentielle qui vide de sens les élections autres que la présidentielle. Le […]

Lire la suite

Grève populaire

66,1 % d’abstention, principalement dans les classes populaires. Record d’abstention de la 5ème République après les 59,47 % des européennes de 2009. Le contexte sanitaire n’explique pas tout. Le 2ème tour des municipales l’an dernier a vu plus d’un Français sur deux ne pas se déplacer. Ici, c’est un français sur trois. C’est donc un signal politique fort qui est donné : un choix de ne pas prendre part au vote. La monarchie présidentielle incarnée par Macron et la concentration des pouvoirs à la tête de l’exécutif laissent à penser qu’aucune autre élection n’a de sens. Aucune pédagogie n’a été faite […]

Lire la suite

Une déchéance morale

Il ne fait pas bon être philosophe médiatique en ce moment. Michel Onfray a choisi d’ouvrir les colonnes de son journal Front populaire à l’extrême droite. Il participe ainsi d’une nouvelle O.P.A. confusionniste, en rapatriant l’histoire de la lutte contre le fascisme – le front populaire – dans l’orbite d’extrême droite. Un pas supplémentaire a été franchi par Raphaël Enthoven. L’ancien présentateur de l’émission de philosophie de France Culture, devenu habitué des plateaux des chaînes d’information, a troqué la dissertation dialectique pour les « thread » sur Twitter. Le 7 juin il a rompu les digues en tweetant sur l’hypothèse d’un second tour Le […]

Lire la suite

Macron veut sa grande coalition

Emmanuel Macron ne cesse d’être en campagne présidentielle. Son déplacement dans le Lot le prouve. Il a compris que son pouvoir est fragile. Lui-même n’a-t-il pas qualifié son élection de « hold-up » et « d’effraction » ? Pour se maintenir en 2022, il travaille d’arrache-pied à la constitution d’une grande coalition LR-LREM-PS. Déjà depuis 2017 des figures historiques du PS (Le Drian en tête) sont côte à côte avec les ex LR Le Maire ou Darmanin. Et les deux premiers ministres successifs Philippe et Castex n’ont démissionné de LR qu’à leur entrée à Matignon. Mais cela ne suffit pas. Le risque pour Macron d’être […]

Lire la suite

Choisir ses repères

La période est propice à la confusion. Par nature, la crise que nous vivons fait vaciller les habitudes de vie en introduisant du danger dans les gestes les plus banals du quotidien. Mais la confusion est aussi organisée par les médias. Les dernières semaines ont vu se côtoyer le qualificatif de fasciste pour les réunions non mixtes de l’UNEF mais un lourd silence suite à la tribune des militaires appelant à l’insurrection ; le soutien aveugle à la manifestation des syndicats policiers mais à peine une mention de l’assassinat d’une travailleuse sociale dans l’Aube. Le traitement médiatique n’a comme seul repère […]

Lire la suite

L’esprit de la République

La manifestation des policiers le 19 mai ne finit pas d’inquiéter. Loin de l’hommage citoyen, elle a effectivement constitué un coup de force contre la République. Celles et ceux qui y sont allés, aux côtés de l’extrême droite, du ministre Gérald Darmanin aux dirigeants du Parti Socialiste ou de EELV sont comptables d’un coup de force. Cette manifestation ne devait rien au hasard : le lieu, devant l’Assemblée Nationale, visait à faire pression sur les institutions en demandant au pouvoir législatif de prendre le parti du pouvoir exécutif contre la justice. Dès lors on ne s’étonnera pas des propos tenus : un […]

Lire la suite

Dernière année !

Il faut espérer que la dernière année de la présidence Macron vienne de commencer. 40 ans après le 10 mai 1981, pareille victoire sociale et populaire se fait attendre. Mais que c’est long un quinquennat ! Le précédent Hollande, avec la loi El Khomri, nous a appris qu’il fallait rester sur ses gardes jusqu’au bout. Ayons-le en tête, d’autant que le pouvoir macroniste est bien décidé à pousser ses pions jusqu’au bout dans le mélange libéral-autoritaire qui le caractérise. Imaginons un instant un futur bien différent : la réforme de l’assurance-chômage serait abrogée ; les propositions de la convention citoyenne sur le climat […]

Lire la suite

Pour le progrès social

Rupture vers le progrès social ou tournant autoritaire. Dans l’Histoire, les moments de déstabilisation de l’ordre établi – guerre, catastrophe climatique, pandémie… ont débouché sur l’un ou l’autre. La Commune de Paris, dont nous avons célébré le 150ème anniversaire, ou le programme du Conseil National de la Résistance sont des exemples de la première option : avancées majeures de solidarité et du progrès social. Les coups d’Etat bonapartistes ou Pétain illustrent bien la deuxième option : retour à l’autorité d’un seul, désignation d’un ennemi de l’intérieur et privations de liberté. Macron, Le Pen et les multiples protagonistes des Républicains se disputent l’incarnation […]

Lire la suite