2 mars 1982 : Loi Defferre

Promulguée le 2 mars 1982, la loi relative aux droits et libertés des communes, des départements et des régions remplit l’une des promesses du Programme commun : décentraliser l’action politique. Longtemps tenus à l’écart du pouvoir national, le « socialisme municipal » et son équivalent communiste ont permis aux partis de gauche d’améliorer concrètement les conditions de vie, en développant les services publics et en expérimentant de nouvelles formes de solidarités. Peu après des municipales de 1977 triomphales, d’aucuns aspirent à aller plus loin. L’exercice par les communes et départements de leurs prérogatives était alors subordonné à la tutelle du préfet, qui devait […]

Lire la suite

18 février 1867 : Compromis austro-hongrois

À l’orée de l’année 1867, l’Empire d’Autriche est exsangue. Défait un an plus tôt par la Prusse et l’Italie, amputé territorialement et exclu de la Confédération germanique, frappé par une crise financière, il affronte aussi une crise nationale. Dans cet État pluriethnique construit par la dynastie allemande des Habsbourg, le Printemps des peuples de 1848 a donné lieu à de vastes soulèvements. En réaction, une constitution autoritaire a restreint l’autonomie traditionnelle de ses entités constitutives, en particulier celle du royaume de Hongrie. Après une répression impitoyable, sa constitution coutumière fut suspendue de fait et son Parlement, la Diète, supprimé. […]

Lire la suite

12 février 1934 : Grève antifasciste et manifestations

Dans un contexte de scandales financiers, les ligues d’extrême droite comme l’Action française, les Croix-de-feu, les jeunesses patriotes ou solidarité française manifestent place de la Concorde le 6 février 1934. Cette manifestation provoque des affrontements avec la police qui font 16 morts et 650 blessés. Cette manifestation fait craindre la chute de la République et la prise du pouvoir par le fascisme. Lors de cette manifestation, des slogans contre la République ou les étrangers sont criés. Le 6 février provoque la démission du gouvernement.   […]

Lire la suite

1er février 1832 : Enquête sur les Poor Laws

Le 1er février 1832, Lord Althorp, chancelier de l’Échiquier britannique, est interrogé par un parlementaire au sujet des Poors Laws, les lois sur les pauvres. À cette occasion, le ministre whigh (libéral) annonce la formation d’une commission d’enquête en vue de leur amendement. L’assistance aux démunis est depuis des décennies la cible des réformateurs libéraux. Ce système, instauré par une série de lois depuis la fin du XVIe siècle, impose aux paroisses de procurer aux invalides et aux sans emploi une aide matérielle (nourriture, habillement) ou financière, en levant une taxe dédiée. Il s’agit notamment de fixer les indigents afin […]

Lire la suite

21 janvier 1763 : Naissance d’Augustin Robespierre

En entendant « Robespierre », la première personne qui vient à l’esprit est Maximilien Robespierre, révolutionnaire dont le nom est accolé à la Révolution française. Ce dernier avait un frère, Augustin, avocat et révolutionnaire également. Augustin Robespierre naît le 21 janvier 1763 à Arras. Tout au long de sa vie, il a un chemin proche de celui de son frère aîné Maximilien. Il va au collège à Douai, bénéficie en 1781 de la Bourse de Maximilien, suit une classe de rhétorique à Louis-Le-Grand. Il étudie le droit et devient avocat au Conseil supérieur d’Artois d’Arras. Au début de la Révolution il fait […]

Lire la suite

24 décembre 1794 : Fin de la loi du maximum général

En décembre 1794, la convention thermidorienne met fin au « maximum général ». Son abrogation clôt un moment d’économie régulée et contrôlée. Pour comprendre son abrogation, il faut revenir sur son chemin, qui s’inscrit dans une histoire longue de luttes pour les subsistances en France. Les luttes de subsistances rythment la vie des Français au 18 siècle. Sur un ensemble de 8 527 émeutes étudiées de 1661 à 1789, l’historien Jean Nicolas compte 1 497 émeutes de subsistances. Lors de ces soulèvements, les révoltés se mettent en mouvement face à des prix jugés exorbitants. Ils imposent une « taxe populaire » aux boutiquiers, forcés de vendre […]

Lire la suite

16 décembre 1971 : Fin de la guerre au Bangladesh

Pour parvenir à la signature par les officiers pakistanais de l’acte de capitulation, il n’aura pas fallu deux semaines à l’Inde. À Dacca ce 16 décembre 1971 se conclut pour les Bangladais un effroyable bain de sang, paroxysme d’un conflit né de la partition du Raj britannique, 24 ans plus tôt. Le Pakistan, État musulman, est alors constitué sur une base religieuse en regroupant deux territoires, l’un à l’ouest de l’Inde, l’autre à l’est, au Bengale. L’unité du jeune pays se fissure rapidement. La population bengalie, pourtant majoritaire, se voit refuser la co-officialité de sa langue. Les élites de l’ouest […]

Lire la suite

21 novembre 1831 : Insurrection des canuts

Au XIXe siècle, Lyon est la deuxième ville de France avec 135 000 habitants et un centre industriel d’une grande importance. La ville compte trois faubourgs, comme le quartier de la Guillotière sur la rive gauche du Rhône où vivent 20 000 habitants et se concentre l’industrie mécanique. Sur la colline de la Croix-Rousse vivent 16 000 habitants, surtout des ouvriers de la soie, aussi appelé « Canuts ». Paul Brice Crédit photo : Xavier Caré / Wikimedia Commons / CC-BY-SA. […]

Lire la suite