Le Père Noël est une ordure

Il y a celles et ceux qui croient au Père Noël, que cette période de fin d’année va apporter l’union de la « gôche » sous le sapin. Il faut sérieusement croire aux histoires qu’on raconte aux enfants pour envisager que soit possible trois mois et demi avant l’échéance une primaire sur la base d’un casting de candidats, puisque de programme seul Jean-Luc Mélenchon en a un. Ou alors à la Mère Noël, Christiane Taubira, qui sur le fondement de sa seule personne sauverait le navire PS et tous ses affiliés. C’est quand même cocasse quand les mêmes reprochent sans cesse à […]

Lire la suite

Livre : Les années Macron disséquées

Entretien avec Antony Burlaud co-directeur d’un ouvrage collectif, Le nouveau monde, qui décrypte, analyse et propose une alternative à l’ordre néolibéral installé en France Avec Le nouveau monde, vous avez voulu répondre à Emmanuel Macron et à sa promesse de « nouveau monde » ?  Oui. Emmanuel Macron s’est présenté, en 2017, comme le candidat du changement, comme l’agent d’un profond renouvellement, et même (c’était le titre de son livre-programme), d’une « révolution ». Il s’agissait d’en finir avec « l’ancien monde ». Il ne faut pas sous-estimer l’importance de cette promesse, certes vague, mais puissante : elle rencontrait une attente forte, et elle a largement contribué […]

Lire la suite

Macron-Mélenchon : le choc des programmes

La France est-elle condamnée au programme de cruauté sociale et de productivisme échevelé annoncé par un Sarkozy rajeuni et déguisé en Macron lors de son allocution du 9 novembre ? A cinq mois de l’élection présidentielle, il est temps que le débat s’engage sur le fond des programmes des candidats. L’écume des petites phrases et de la psychologisation du débat prive le peuple français de sa liberté. Il n’est pas de démocratie, de République, de souveraineté populaire sans un débat éclairé sur les enjeux du pays et sans confrontation des solutions proposées. Entendons-nous bien, un programme n’est pas un empilement de […]

Lire la suite

Sur l’autel de la présidentielle

Dans son ascension au pouvoir, Henri IV cherchant la paix civile avait déclaré « Paris vaut bien une messe ! ». Pour lancer sa campagne présidentielle, Emmanuel Macron piétine Marseille et les Marseillais. L’orchestration de sa venue en dit beaucoup : il renoue avec le Président Jupitérien usant et abusant des moyens de la monarchie que constitue la V° République. Chacun sait combien, depuis Louis XIV au moins, Marseille représente le symbole d’un peuple rétif aux ordres d’en haut : Emmanuel Macron sait très bien ce qu’il fait en venant, à 8 mois des élections, asséner leçons de morale et plans pour modifier la ville. […]

Lire la suite

Duo Macron-Le Pen : Le passe-plats et l’alliée du système

Quelques organisations policières radicales ont appelé leurs adhérents à se réunir, le 19 mai, devant l’Assemblée nationale. Sous couvert d’un « hommage » rendu aux policiers, il s’agissait d’une tentative d’intimidation pour faire « sauter les digues de la loi et de la Constitution », selon les mots du secrétaire du syndicat SGP Police. Pour ces organisations factieuses « le problème de la police c’est la Justice ». Pas le manque de moyens ou les conditions de travail. Présents, les amis de Marine Le Pen ont d’ailleurs reçu un accueil chaleureux. Glaçant. Plus encore quand le ministre de l’Intérieur vient sur place afficher son soutien à […]

Lire la suite

Dernière année !

Il faut espérer que la dernière année de la présidence Macron vienne de commencer. 40 ans après le 10 mai 1981, pareille victoire sociale et populaire se fait attendre. Mais que c’est long un quinquennat ! Le précédent Hollande, avec la loi El Khomri, nous a appris qu’il fallait rester sur ses gardes jusqu’au bout. Ayons-le en tête, d’autant que le pouvoir macroniste est bien décidé à pousser ses pions jusqu’au bout dans le mélange libéral-autoritaire qui le caractérise. Imaginons un instant un futur bien différent : la réforme de l’assurance-chômage serait abrogée ; les propositions de la convention citoyenne sur le climat […]

Lire la suite

Candidat unique et programmes divers ?

La campagne présidentielle semble bien lancée désormais. Les candidat.e.s à la candidatures se dévoilent, lancent leurs « clubs de soutien à la recherche de soutiens ». On a vu récemment la Maire de Paris se réclamer successivement d’un soutien vallsiste et poser à l’ombre de Louise Michel. Tous et toutes n’ont qu’un slogan : candidat unique de la gauche ! Les verts, le PCF, les socialistes se mettent en ordre de marche, avec un souhait : que chacun soit le candidat unique, à condition que ce ne soit pas les autres. Ils ne se mettent cependant d’accord que sur un point : tout sauf Mélenchon. Lors […]

Lire la suite

Retour du maître des horloges.

Lors de son accession au pouvoir, Emmanuel Macron a plusieurs fois tissé la métaphore du maître des horloges, déclarant, « on va faire les choses dans l’ordre car j’entends bien être le maître des horloges. » Auto-intronisé président « jupitérien », dieu des dieux, il a un temps été écouté par les Parques. Puis vint le temps où la déesse Fortuna lui a imposé une pandémie. C’est dans les moments de grande tourmente, nous dit Machiavel que l’on voit si le Prince a cultivé, quand il en était temps, la virtù. Celle-ci consiste notamment à préparer la tempête pour ne pas être débordé quand […]

Lire la suite

Un air de déjà vu

Le service public de radiodiffusion française a organisé jeudi 11 février une causerie au coin du feu entre Marine Le Pen et Gérald Darmanin. Pour rire, les réseaux sociaux ont rebaptisé l’émission Faf à Faf. On sait, depuis que Jean-Luc Mélenchon a gagné en justice contre Marine Le Pen, que la qualifier de fasciste n’est pas une injure mais bien une qualification politique. On ne qualifiera pas le ministre de l’intérieur de fasciste, pourtant il joue un rôle dangereux. Dans la course à l’échalote sécuritaire et discriminatoire, il risque d’oublier que souvent l’original l’emporte sur la copie. Les mesures prises […]

Lire la suite

Privilèges : Macron déconfine les chasseurs

Les atteintes aux libertés (chaque jour une nouvelle) ne lui suffisent pas, Macron restaure les privilèges. Les chasseurs peuvent désormais déroger au confinement et faire des cartons sur le grand gibier, les sangliers et chevreuils mais aussi selon les endroits sur les petits « nuisibles », lièvres, pigeons, renards, etc. Il y va de l’intérêt général selon la secrétaire d’Etat à la biodiversité, Bérangère Abba, qui a communiqué dès le 1er novembre sa décision aux préfets requis de définir « dans les plus brefs délais » les « objectifs de prélèvements » aux fins d’éviter « un accroissement des dégâts faits aux cultures ». Une fable à laquelle […]

Lire la suite