Décomposition accentuée

La leçon majeure de ce scrutin n’est évidemment pas la présence au second tour des deux gardiens du système du duo Macron – Le Pen. Annoncée par les médias dominants, elle ne constitue que la face émergée de l’iceberg : la faillite du système de la cinquième République et la décomposition avancée des forces qui l’ont porté. Longtemps l’élection présidentielle a résisté à l’abstention, elle est après 2002 la deuxième la plus haute depuis 1965 à 26,3%. Elle marque la perte de confiance de l’électorat dans la classe politique et le rejet institutions désuètes qui tournent le dos aux classes populaires. […]

Lire la suite

Élections : Raz de marée de l’abstention

Anomalie conjoncturelle ? Non, il s’agit bien d’une lame de fond considérable. Avec le raz de marée abstentionniste qui a déferlé sur le pays hier, à un niveau jamais égalé, il n’est plus possible aujourd’hui d’évoquer une abstention uniquement liée à la peur du Covid, ou à un désintérêt pour la politique pour expliquer ce phénomène. Plus de 66% d’abstention donc. Deux tiers de nos concitoyens n’ont pas participé à cette élection. Et que nous disent-ils des raisons de leur abstention ? (Sondage Harris Interactive pour M6 datant du 21/06) : Pour 35%, c’est parce qu’ils ne font pas confiance aux responsables politiques ; […]

Lire la suite

Grève populaire

66,1 % d’abstention, principalement dans les classes populaires. Record d’abstention de la 5ème République après les 59,47 % des européennes de 2009. Le contexte sanitaire n’explique pas tout. Le 2ème tour des municipales l’an dernier a vu plus d’un Français sur deux ne pas se déplacer. Ici, c’est un français sur trois. C’est donc un signal politique fort qui est donné : un choix de ne pas prendre part au vote. La monarchie présidentielle incarnée par Macron et la concentration des pouvoirs à la tête de l’exécutif laissent à penser qu’aucune autre élection n’a de sens. Aucune pédagogie n’a été faite […]

Lire la suite